Mes premières abeilles !

05/05/2018

Diviser une ruche

Ce samedi 5 mai est un grand jour pour deux raisons... Tout d'abord comme demain, dimanche 6 mai, l'école d'apiculture de Namur a un stand à tenir à la journée portes ouvertes des serres de la ville de Namur, nous nous retrouvons, exceptionnellement, un samedi au rucher de l'école. Mais aussi et surtout parce que c'est avec mes deux ruches que je débarque aujourd'hui au rucher,... dans l'espoir de pourvoir populer mes ruches d'abeilles...

On repère d'abord une ruche très populeuse. Dans cette ruche, un cherche un cadre sur lequel on peut, très distinctement voir, une amusette, une cellule royale qui déjà fermé qui va donner un toute nouvelle reine.

Ce cadre est alors ajouté au centre d'un corps de ruche vide. On accompagne ce cadre d'autres cadres contenant du couvain à naître ainsi que de la nourriture (nectar, pollen et miel) et venant d'une ruchette, voir ci-dessous, à gauche.

Il faut idéalement placer cette nouvelle ruche à une distance minimale de 10 mètres... Et voici une future colonie qui va se développer tout doucement en fonction de la naissance. En voici les premières images.

Le Pollen

Notre président, nous dit qu'il faut aussi vérifier les pièges à pollen. Il est passé la veille au soir au rucher afin de vider ce piège, mais aimerait savoir si la récolte continue. Le principe du piège à pollen est simple, il s'agit de placer une grille dont chaque trou fait 5 mm de diamètre. Lorsque'une abeille dont les pattes sont chargées de pollen passe dans un de ces trous, les petites boules de pollen se détachent des pattes de l'abeille et tombent dans un bac de récupération situé dessous.

Nous retirons donc la grille afin de permettre aux mâles de sortir, le piège à pollen les empêchent de sortir... En effet, ils sont plus gros que les abeilles et ne passent pas dans cette grille. Ensuite, voici le tiroir dans lequel le pollen est récolté. Ceci représente une récolte effectuée en une vingtaine d'heures!

En général, on retrouve sur les côtés de ce collecteur, les saletés que nos amies, les abeilles, ont pris soins de "trier" et de déposer en périphérie de cette récolte !