Visite au rucher-école et nourrissage

21/01/2018

En ce beau, mais froid, dimanche de janvier, nous nous retrouvons au Rucher-Ecole de l'Ecole Namuroise d'Apiculture. Chacun s'équipe de sa veste d'apiculteur et, par précaution, un enfumoir est allumé:

Ensuite, nous nous retrouvons autour des ruches que nous ouvrons prudemment et précautionneusement. 

Chaque ruche dispose d'un nourrissoire avec du sirop liquide dedans, permettant aux abeilles de venir boire durant l'hiver:

Si la colonie dans la ruche est toujours vivante, dès que le nourrisoire est retiré, ces demoiselles tentent de sortir:

Il faut donc les contenir dans la ruche. Cela peut se faire aisément en ajoutant un peu de mélange nourrissant directement dans le trou:

Une fois le pack de nourrissage mis en place, il faut rajouter de l'isolant. Comme pour les premiers cyclo-touristes, le journal reste un isolant efficace, abondant et écologique. Il est cependant important de jeter les journaux humides ou moisis, ceci afin d'éviter le développement de champignons et autres moisissures dans la ruche.

Ensuite, la ruche est refermée et les abeilles auront nettoyé le contenu du tretrabrick en quelques jours. Ce système a le net avantage de contenir les abeilles dans un espace restreint plutôt que de les laisser se promener sous tout le toit. Ce que j'aimerais savoir, c'est comment on va retrouver ces récipients à nourriture la prochaine fois que l'on retournera renouveler le nourrissage... Il faudra patienter un peu pour le savoir!!!

Malheureusement, à cette période de l'année, certaines ruches ne sont plus toujours vivantes... Souvent sans avoir une explication précise sur la ou les raisons pour laquelle ou lesquelles la colonie a été décimée, lorsque l'on ouvre la ruche, plus rien ne bouge. Ce fût le cas pour 8 ruches sur la quarantaine de ruches présentes dans le rucher-école... En ôtant le couvre-cadre, on découvre alors des cadres encore pleins de miel:

Si il reste des abeilles mortes en grappes sur certains cadres, il est important de les "gratter" afin d'éliminer les cadavres qui sont susceptibles d'apporter des maladies dans la ruche.  Les cadres encore pleins de miel seront conservés pour servir, plus tard, de nourrissage à d'autres ruches, raison pour laquelle, il faut éviter la prolifération de maladies. 

Les cadres sont simplement laissés dans les ruches "mortes" pour lesquelles on aura pris le soin de nettoyer la planche d'envol de toutes les abeilles mortes tombées dans le fond de la ruche.

Il faut également refermer la ruche au niveau de la planche d'envol afin d'éviter le pillage du miel par d'autres insectes. 

Enfin, un des membres a construit une ruche plus pédagogique qui a des vitres sur une face permettant l'observation de ce qui se passe dans la ruche sans devoir l'ouvrir... Un super idée que je compte bien exploiter aussi au niveau de ma première ruche.